Menu

Blog

Les animaux du jardin en Guyane

Qui me croira ? Avoir un jardin arboré à Cayenne, c’est l’assurance de côtoyer et d’observer de près des animaux que l’on croise d’habitude au zoo ! Un vrai jardin d’Eden…

Singes et perroquets

Ce week-end, par exemple, alors que nous achevions de déjeuner, nous avons reçu la visite d’une bande de tamarins à mains jaunes. Ce sont des petits singes très vifs, pas plus gros qu’un chat, arborant une robe chocolat et des mains orangées. Ils s’étaient postés dans les hautes branches du cacaoyer et nous regardaient fixement, sans doute attirés par l’odeur appétissante de notre salade pays (concombres, tomates, mangues vertes, gingembre, et herbes aromatiques). Une exclamation de stupeur plus tard, les voilà sautant de branches en branches jusqu’au manguier. Ils y sont restés une bonne partie de l’après-midi, à se gaver de fruits verts, sous le regard inquisiteur de notre appareil photo. Il faut dire que, du balcon-terrasse, nous jouissons d’une vue remarquable sur ces deux arbres…

Régulièrement, nous recevons aussi la visite d’un groupe de Perroquets Amazone, qui s’installent sur les buissons et les arbres avoisinants. L’occasion, là encore, d’immortaliser de superbes animaux à portée immédiate d’objectif. Tout aussi fréquemment, ce sont les colibris, aux reflets métalliques bleus et verts, que nous voyons butiner autour de nous, surtout en début de journée…

Iguanes et geckos

Une autre fois, en allant chercher le courrier, je me suis retrouvée nez à nez, à moins d’un mètre de distance, avec un iguane géant d’un vert émeraude éclatant. Ce reptile spectaculaire mesurait environ 80 centimètres, et possédait des épines écailleuses sur le sommet du crâne. J’en ai pris plein la vue, mais je n’avais pas mon appareil photo sur moi (regrets)…

Plus commun, mais plus sympathique encore : les geckos. Ce sont des petits reptiles de couleur sable, capables de grimper sur les murs à la verticale, ou encore de se déplacer au plafond ! Cet exploit contre la pesanteur leur est permis grâce à leurs doigts spatulés recouverts d’innombrables poils raides (les sétules) assurant une parfaite adhésion aux surfaces.

Grenouilles et tortues

Les batraciens ne sont pas en reste, on s’en doute, car chaque averse est l’occasion d’une sérénade à l’unisson. Nous avons pu, par exemple, admirer une jolie rainette aux doigts étalés comme des petites ventouses turquoise : elle semble loger habituellement dans les massifs de bananiers. Plus gros, un crapaud doré a élu domicile dans la gamelle de notre chien ! Il est véruqueux à souhait et, bien entendu, nous nous gardons bien de le déloger à mains nues (ne jamais toucher les grenouilles et autres batraciens en Guyane, certaines espèces sécrétant un mucus venimeux).

Deux espèces de tortues nous ont également rendu visite, dont une imposante tortue charbonnière mâle qui a élu domicile dans le jardin. Manque encore la mythique Matoutou (mygale inoffensive, reconnaissable à l’extrémité saumonée de ses pattes) à notre inventaire. Elle affectionne les Broméliacées, comme les ananas décoratifs, et les trouées dans les murs. Ayant planté les premières dans le jardin, nous ne désespérons pas d’accueillir bientôt cette pensionnaire familière au point que certains Guyanais la considèrent comme un animal domestique. Si, si !

Reply

*